Logo APMH

Liste des articles parus dans la lettre :

Des nouvelles de la pétition

Photo de l\'auteur
par Isabelle Rossi
( Présidente)


Spécialité de l'article : Historique et divers

Parution du 2013-07-15   pour la lettre n° 68

   Vous êtes près de 72 000 à avoir signés la pétition, soit sur le site, soit sur papier et ce n’est pas fini ! Nous vous en remercions, c’est votre pétition, les démarches que nous entreprenons sont pour défendre les intérêts de tous les patients se soignants par l’homéopathie.

   Grâce au soutien du sénateur de l’Aveyron , Alain Fauconnier, et avec l’aide efficace de son attaché parlementaire, Doris, nous avons été reçus une première fois, le 10 juin, au ministère de la santé. Les docteurs Didier Grandgeorge, Jean-Louis Ode, Jean-Michel Alexis et moi-même, nous sommes entretenus avec Madame Chantal Belorgey, conseillère chargée des médica-ments auprès du ministre de la santé, Marisol Touraine. Nous avons pu lui expliquer le contenu de notre pétition et chercher avec elle, comment répondre à nos préoccupations concernant les médicaments homéopathiques.
   Elle nous a conseillé de prendre contact avec madame Catherine Choma qui s’occupe des AMM (autorisation de mise sur le marché) que nous avons rencontré le jeudi 27 juin. Celle-ci s’est engagée à vérifier la faisabilité de notre demande sur un plan technique pour donner satisfaction à nos demandes.

   Après un déjeuner avec le sénateur Fauconnier et son assistante, la délégation est allée avec le sénateur au rendez-vous à l’Elysée avec le Professeur Olivier Lyon-Caen, conseiller technique, chargé de la santé et de la recherche médicale auprès du Président de la République.

   Ce dernier rendez-vous a été positif puisque il nous a été fait des encouragements à poursuivre notre action.
Depuis l’entrée en vigueur du décret n°2012-1244 transposant en droit français la directive européenne 92/73/CEE sur les médicaments, Mme Isabelle Rossi, Présidente de l’Association de Promotion de la Médecine Homéopathique (APMH) et les docteurs Alexis, Grandgeorge et Ode ont entrepris de tout faire pour sauver la médecine homéopathique et par conséquent, d’alerter les autorités publiques sur les dangers qu’encours cette médecine dite « alternative et complémentaire ».

   La disparition de près de 4200 médicaments homéopathiques est la conséquence, apparemment sous-estimée, de l’application du décret du 8 novembre 2012. En effet, maintenant soumis à l’obligation d’obtenir, pour chaque souche homéopathique, une autorisation de mise sur le marché, les principaux laboratoires ont jugé 75% des remèdes disponibles trop onéreux à commercialiser.

   Ainsi, après un rendez-vous, le 10 juin, avec Mme Chantal Belorgey, Conseillère chargée des médicaments, produits et industries de santé auprès de Mme Marisol Touraine au Ministère de la Santé, ils ont été reçus à la Direction générale de la santé (DGS) et à l’Elysée ce 27 juin.

   Preuve de l’efficacité du premier rendez-vous, tant Mme Choma à la DG Santé que le Professeur Lyon-Caen à l’Elysée avaient été informés des conséquences désastreuses du décret et des inquiétudes des homéopathes et de leurs patients.
   Les deux rendez-vous ont donc eu pour objet d’envisager, au regard des exigences européennes, une nouvelle transposition de la directive 92/73/CEE. Aussi, Mme Choma, sous-directrice de la DGS, s’est-elle engagée à examiner la législation européenne et les choix effectués par les Etats Membres pour la transposition de la directive. Le Professeur Olivier Lyon-Caen, conseiller Santé et recherche médicale du président de la République, a quant à lui exprimé son soutien à la recherche d’une solution et a suggéré d’autre pistes à explorer. Notamment, il lui semble opportun de se rapprocher du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche pour instaurer l‘étude de l’homéopathie dans toutes les écoles de médecine.

   Rappelons que la médecine homéopathique, pratiquée en France depuis plus de deux siècles, est la médecine, préférée des français avec plus de 56% de patients utilisant de la médecine homéopathique en 2012. Plus particulièrement, les malades de cancer privilégient l’homéopathie comme « soin de support », les aidants à mieux supporter et assimiler les traitements agressifs tels la chimiothérapie. Il en est de même en pédiatrie, les enfants étant particulièrement réactifs aux petits granules. L’homéopathie permet de plus des économies considérables pour notre sécurité sociale.

En conclusion, on ne lâche rien !
   On continue à récupérer des pétitions, faites les signer autour de vous, on ne manquera pas de vous tenir au courant de toutes les avancées de ce dossier ! (vous pouvez la trouvez sur le site http://apmh.asso.fr)


Ministère santé

Ministère santé

Logo cake

Valid XHTML 1.0 Strict

Administration

Association pour la Promotion de la Médecine Homéopathique
23B rue Bourget 69009 Lyon
Tel : 06 89 28 33 20
courriel : apmh.asso@orange.fr
Association régie par la loi 1901 - déclaration N°W691069632 - ISSN: 1969-3109