Logo APMH

Liste des articles parus dans la lettre :

Apport de l’homéopathie dans la lutte contre la fièvre hémorragique Ebola

Photo de l\'auteur
par Françoise Saint-Didier
( Médecin homéopathe)


Spécialité de l'article : Humanitaire

Parution du 2014-11-01   pour la lettre n° 73

C’est à la demande d’HSF Bénin, qui souhaitait que je leur en parle en septembre, que j’ai essayé de trouver les remèdes susceptibles d’être utilisés dans la fièvre hémorragique à virus Ebola.
Dans un 1er temps, j’ai répertorié  seulement 3 symptômes : fièvre hémorragique, perte de liquide, diarrhées et vomissements. 2 remèdes répondaient à ces 3 symptômes : Crotalus Horridus et Carbo vegetabilis.  J’ai alors discuté avec des confrères, relus des articles mentionnant les symptômes (malheureusement non modalisés, comme on souhaite en trouver en homéopathie), j’ai regardé les photos d’internet, un peu plus parlantes et j’ai agrandi ma répertorisation en incluant, les phlyctènes, la noirceur de la peau, la faiblesse intense, les douleurs musculaires, les douleurs en avalant, la faiblesse avec maux de tête, les douleurs thoraciques, les différents saignements (nez, poumons, yeux) et aussi un symptôme plus rare qui est signalé : le hoquet, semble t’il assez fréquent,  que j’ai modalisé avec la fièvre (hoquet pendant la fièvre).
Là encore le remède qui ressort est Crotalus Horridus, suivi par Lachesis. Je ne suis pas surprise de voir apparaitre des serpents, avec tous ces symptômes d’hémorragies, de coagulation intra-vasculaire disséminée,  la coagulation noirâtre, la nécrose, qui évoquent une envenimation.

Les  principaux symptômes  de ces  serpents, auxquels il faudra ajouter Bothrops, qui est un remède de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD).

  • Crotalus horridus se caractérise par  des hémorragies de sang noir, fluide, modifié, décomposé, une atteinte hépatique grave, des hémorragiques dans les maladies infectieuses avec prostration, délire, défaillance cardiaque, ulcération, gangrène, un déficit plaquettaire, des céphalées occipitales, battantes, avec vertige, par les changements de position , une langue gonflée, rouge ,lisse, comme vernissée, des sensations que la langue et la gorge sont serrées par un lien , une soif brûlante, inextinguible, des spasmes de l’œsophage empêchant d’avaler, des vomissements couché sur le côté droit et le dos, une diarrhée noire, fétide , des brûlure de fer rouge dans la région précordiale, une toux provoquée par une plaie sèche dans le larynx, des sueurs sanguinolentes  et même un hoquet pendant la fièvre. Beaucoup de similitude me semble t’il avec les symptômes décrits dans la fièvre hémorragique à virus Ebola.

  • Lachesis (mutus) quant à lui  présente une  loquacité incessante, y compris pendant la fièvre, des hémorragies de sang noire, trop vite ou non coagulé, des céphalées pulsatiles, une langue rouge et vernissée, des amygdalites améliorées par le froid. Ne pas oublier pour le prescrire la peur de prendre des médicaments par crainte d’être empoisonné.

  • Bothrops lancelolatus, grand remède de CIVD se caractérise par son incapacité d’articuler (sans troubles du langage), une baisse de la vision diurne et des symptômes en diagonale.

Je n’ai malheureusement trouvé aucun symptôme concernant la langue dans les descriptions.

Qu’en est-il des autres remèdes auxquels il faut savoir penser ?

  • Carbo  vegetabilis : Torpeur, faiblesse générale, prostration, tendance à la syncope et au collapsus. Besoin être éventé. Sensations de brûlure interne et de froid externe. Soif d’eau froide dans les maladies aigües. Sueurs froides. Excrétions mélangées de sang et de pus, brûlantes, fétides. Ulcères à tendance gangréneuse. Dyspnée.

  • Phosphorus : Hémorragies (plutôt rouges): purpura, pétéchies, toutes les hémorragies digestives, hémoptysies, gencives saignantes, épistaxis, hématuries. Céphalées congestives, chaleur et brûlures. Grande  soif dans les états aigus. Hépatomégalies, hépatites. Diarrhées abondantes, faiblesse après la selle. Vomissements réflexes, striés de sang. Aggravation brutale des symptômes.

  • Arsenicum album : Faiblesse, prostration, frilosité. Soif vive de petites quantités d’eau froide souvent. Agitation anxieuse malgré l’épuisement. Nausées, vomissements, diarrhées avec brûlure intense, selles fétides. Stomatite brûlante, angine ulcérée. Hémorragie digestive de sang noir. Diarrhées noirâtres, brûlantes, épuisantes. Brûlures dans la poitrine. Aggravation 1h du matin.

  • Secale cornutum : Ischémie jusqu’à la gangrène. Hémorragie de sang noir, peu ou pas de caillots. Noirceur de la peau. Phlyctènes noirâtres. Epistaxis, hémoptysies, vomissements de sang.

  • Veratrum album : Épuisés, refroidis et cyanosés dans les états aigus, sueurs froides. Froid glacial du bout du nez et du  visage. Langue froide. Soif d’eau froide qui est aussitôt vomie. Hoquet. Vomissements importants suivis de grande faiblesse. Sensation de froid  à l’ estomac et l’abdomen, coliques ++. Diarrhées douloureuses, prostration, épuisement. Toux avec bleuissement du visage.

  • Hamamelis (un remède inattendu qui est 3ème  dans la grille, habituellement utilisé pour la fragilité capillaire) : On trouve dans le Kent : Vomissements de sang.  Dysenterie, hémorragies, rectorragies de sang noir. Selles sanglantes. Ulcères cutanés saignants. Douleur en avalant, sécheresse en respirant. Battements dans la tête. 

  • Baptisia tinctoria : États infectieux à caractère septique, adynamique (diarrhée infectieuse, typhoïde). Caractéristique par ses inflammations indolores et la sensation de corps divisé en morceaux que le patient veut rassembler.

  • Muriaticum acidum : Remède de fièvres typhoïdes, de fièvres hémorragiques avec vomissements brunâtres, comme du marc de café, selles sanglantes. Fièvre septique pétéchiale (si faible qu’il s’affaisse dans le lit) Éruption noirâtre (pustules, vésicules), gangrène. Epistaxis, hémoptysies.

Pour  conclure beaucoup de grands remèdes homéopathiques, parmi lesquels  j’aurais tendance à privilégier Crotalus Horridus,  si on doit parler de remède d’épidémie.  Tout en sachant que comme toujours en homéopathie, il faut savoir trouver le ou les symptômes les plus rares, bizarres et curieux pour donner le remède le mieux adapté à chaque patient.


photo colorisée virus Ebola

photo colorisée virus Ebola

Logo cake

Valid XHTML 1.0 Strict

Administration

Association pour la Promotion de la Médecine Homéopathique
23B rue Bourget 69009 Lyon
Tel : 06 89 28 33 20
courriel : apmh.asso@orange.fr
Association régie par la loi 1901 - déclaration N°W691069632 - ISSN: 1969-3109