Logo APMH

Liste des articles parus dans la lettre :

Les abeilles sont en danger

Photo de l\'auteur
par Jacqueline Peker
( vétérinaire homéopathe)


Spécialité de l'article :

Parution du 2010-01-01   pour la lettre n° 52

Depuis des années nous savons que les abeilles sont en danger. Elles ne supportent plus, là et ailleurs, d’avaler des pollens pollués, imprégnés de mille produits chimiques. Je pense que toute notre planète est polluée. Nous avons trop pris et si peu donné. Les pays sous-développés utilisent peu de produits chimiques ou de pesticides mais les maladies des hommes, des plantes et de la terre, sournoises, insidieuses, laissent des traces qui précipitent la mort de tout ce qui devrait vivre, produire et prospérer. Comment alors, nos abeilles pourraient-elles échapper au danger ?

Les abeilles sont atteintes par des maladies dangereuses, tant pour le couvain que pour la colonie. Il faut savoir que l’homéopathie, « médecine universelle », peut soigner, en tout cas soulager, tous les êtres vivants. Reportez-vous aux écrits du fondateur de l’homéopathie, Samuel Hahnemann qui, depuis plus de deux siècles, n’ont pas pris une ride. Il y a bien longtemps, j’ai été contactée par des groupements d’apiculteurs intéressés par les médecines naturelles et bien sûr par l’homéopathie. Nous avons établi des traitements efficaces et sans danger pour le miel. Nous n’avons rien publié et c’est bien dommage. J’ai traité, en accord avec eux, des maladies plus ou moins bien définies… parasitaires, virales, microbiennes… peut-être même des intoxications et ce par une technique, qui est aujourd’hui interdite en France, l’isothérapie.

Les médicaments isothérapiques sont préparés à partir du malade lui-même… Nous prenions, au hasard dans les ruches, des abeilles, malades ou non, et nous fabriquions des remèdes qui étaient distribués ensuite sous forme liquide, un peu comme de la laque.
Nous fabriquions une 9CH et la distribution était faite deux ou trois fois par semaine en fonction des dégâts dans les ruches. Les apiculteurs avaient admis que le remède contenait la cause du mal.

Nous avons obtenu des résultats exceptionnels, mais tout cela presque en cachette… pour ne surtout pas valoriser la médecine homéopathique.
Pourquoi a-t-on interdit l’isothérapie ? À cause des risques encourus par les laborantins ? C’est peut-être une des preuves de la méthode hahnemannienne, celle qu’il faut abattre… qu’on a ainsi supprimée.

Après Tchernobyl, de nombreux apiculteurs ont repris contact avec moi. Pour stimuler les défenses naturelles des abeilles, je leur ai conseillé d’utiliser Thymuline 9CH – deux ou trois fois par semaine et toujours sous forme liquide. Les abeilles n’ont pas eu de problème et le miel est resté de bonne qualité.

Par la suite, nous avons ajouté des distributions d’oligo-éléments : Cuivre, Zinc, Cobalt et Manganèse.

Aujourd’hui, la Présidente de l’APMH, apicultrice elle-même, me demande quelle est la position d’un homéopathe face aux problèmes des abeilles.

Je confirme que les abeilles sont en danger, mais n’en est-il pas de même pour tout le reste de la planète ? Nous sommes allés trop loin.

Il faut que les Médecines Naturelles trouvent la place qu’elles méritent… Il ne faut pas seulement le dire ou l’écrire… il faut s’unir… et crier jusqu’à ce que l’on nous entende …enfin !

Article en lien avec le sujet :

Animaux, homéopathie et caprices de la météorologie

Abeille et homéopathie


Abeilles

Abeilles

Logo cake

Valid XHTML 1.0 Strict

Administration

Association pour la Promotion de la Médecine Homéopathique
23B rue Bourget 69009 Lyon
Tel : 06 89 28 33 20
courriel : apmh.asso@orange.fr
Association régie par la loi 1901 - déclaration N°W691069632 - ISSN: 1969-3109