Logo APMH
Liste des articles parus dans la lettre de l'APMH:

Arthrose et Ostéoporose

photo de l'auteur absente
par Jean Marie Chabanne
( Médecin)


Spécialité de l'article : Rhumatologie

Parution du 3/1/03   pour la lettre n° 33

1 - Arthrose et ostéoporose sont-elles compatibles chez le même individu ?

La réponse est affirmative. L'arthrose est un processus de vieillissement de l'organisme, qui concerne chacune et chacun de nous, mais dans des proportions très variables. Il en est de même pour l'ostéoporose, qui se manifeste par une décalcification de certains os, et on a remarqué que ce phénomène était particulièrement marquant chez les femmes lorsqu'elles sont privées de certaines sécrétions d'hormones féminines, comme cela se produit à partir de la ménopause.

Ces deux troubles apparaissent à la même période de vie, et il est parfois difficile de rapporter les symptômes ressentis à l'une ou l'autre de ces pathologies. L'abord thérapeutique en est cependant différent, et il est tout à fait licite de traiter simultanément ces deux affections, en tenant compte des signes de souffrance observés, qu'ils soient subjectifs (essentiellement douleurs) ou objectifs (fractures, déformations, examens radiologiques, ostéodensitométrie, dosages sanguins parfois)

2 - Que fait-on lorsqu'on a, &agrav

Arthrose
Arthrose

e; la fois, des problèmes articulaires et veineux (par rapport au contact avec le froid ou le chaud) ?

Il est vrai que les douleurs arthrosiques chroniques, en dehors des poussées inflammatoires, sont généralement améliorées par les applications chaudes, par le temps chaud et sec. Alors que les troubles provoqués par une insuffisance veino-lymphatique (en particulier jambes lourdes, sensation de brûlures au niveau des extrémités, oedèmes des pieds et des chevilles) se trouvent habituellement mieux dans un contexte de fraîcheur locale, mais aussi générale. Il n'y a pas de contradiction entre ces deux paramètres.

L'application de fraîcheur sur les membres inférieurs soulage les troubles circulatoires mais n'aggrave pas les manifestations arthrosiques. D'autre part les douleurs arthrosiques qui se trouvent améliorées par la chaleur locale concernent plutôt des articulations situées dans des régions du corps non atteintes par les troubles circulatoires veineux, comme la colonne vertébrale, les hanches, les membres supérieurs. Seule l'arthrose des genoux peut être une non-indication à l'application de chaleur, si de gros troubles d'o

Polyarthrite
Polyarthrite

rigine veineuse sont concomitants. Cependant, ces traitements "physiques" palliatifs des conséquences de l'arthrose ou d'une circulation "dite de retour" défaillante peuvent être avantageusement remplacés par des médicaments homéopathiques choisis en fonction de ces différentes modalités d'aggravation ou d'amélioration par la chaleur, sous quelque forme que ce soit. Ainsi, certains médicaments sont indiqués chez des personnes qui souffrent, à la fois, de ces deux types de troubles.

Réponses du Docteur Jean Marie CHABANNE

Articles en lien avec le sujet :

- Place de l'homéopathie dans la médecine actuelle

- L'Arthrose

- L'Arthrose et nous

- Polyarthrite Rhumatoide

- Centre de santé Saint-Jacques

 

Rhumatoîde
Rhumatoîde
retour accueil

Logo cake

Valid XHTML 1.0 Strict

Administration

Association pour la Promotion de la Médecine Homéopathique
23B rue Bourget 69009 Lyon - Tel : 06 89 28 33 20 - courriel : apmh.asso@orange.fr
Association régie par la loi 1901 - déclaration N°W691069632 - ISSN: 1969-3109
En aucun cas les informations et conseils proposés sur ce site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un professionnel à rechercher dans notre annuaire : Rubrique annuaire des praticiens