Logo APMH

Liste des articles parus dans la lettre :

Polyarthrite Rhumatoide

Photo de l\'auteur
par Alain Horvilleur
( Médecin Homéopathe à Lyon)


Spécialité de l'article : Rhumatologie

Parution du 2008-05-01   pour la lettre n° 49

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique localisé aux petites articulations (les doigts avant tout, mais aussi les orteils), assez souvent aux poignets et aux genoux. Les autres articulations sont moins fréquemment atteintes. Il s'agit d'une maladie auto-immune, c'est-à-dire comportant une dérégulation du système immunitaire, dans laquelle l'organisme fabrique des anticorps nocifs qui détruisent progressivement la synoviale (la membrane qui tapisse l'intérieur des articulations). La polyarthrite a en outre un commande génétique : elle ne survient que sur un terrain prédisposé, sur lequel elle peut se déclencher à la suite d'un choc émotionnel. Les principaux symptômes en sont : douleurs articulaires nocturnes, maximales au réveil; gonflement ; raideur matinale qui diminue après un dérouillage articulaire plus ou moins long. La maladie évolue par poussées d'intensité variable, entrecoupées de périodes de rémission. Au fil du temps il se produit une déformation des articulations (en particulier des doigts), très gênante dans la vie quotidienne, parfois même invalidante. La prise de sang confirme le caractère inflammatoire (augmentation de la vitesse de sédimentation et de la protéine C réactive) et la présence d'un "facteur rhumatoïde". Il y a aussi une anémie. Dans les cas évolués, les radiographies montrent une ostéoporose localisée et un pincement des articulations concernées.

La maladie survient à n'importe quel âge mais surtout entre 35 et 55 ans. Elle touche environ 0,5% de la population, quatre fois plus souvent une femme qu'un homme. On pense donc que les hormones jouent un rôle mais on suspecte également l'existence de facteurs environnementaux, parmi lesquels certains microbes et virus.

Le traitement classique comporte des antidouleurs, des anti-inflammatoires, des dérivés de la cortisone (mais ils sont susceptibles d'entraîner des complications, notamment :gonflement du visage, fonte musculaire, hypertension artérielle, infection, décalcification, ainsi qu'une dépendance), un médicament assez "lourd", le méthotrexate, que les allopathes utilisent malgré tout car il offre le meilleur rapport efficacité/tolérance. De nouveaux médicaments, les anti-TNF alpha, plus efficaces, plus innovants mais plus agressifs, sont réservés au cas très évolués pour lesquels les autres traitements ont échoué. On pratique également des infiltrations locales de produits anti-inflammatoires et même radioactifs. La chirurgie est envisageable, en particulier l'ablation de la synoviale ou la pose d'une prothèse, en cas de déformation d'une grosse articulation.

Un traitement homéopathique est possible dans les formes débutantes ou qui évoluent lentement. On a intérêt à suivre régulièrement, dès que le diagnostic est porté, un traitement de fond personnalisé prescrit par un médecin homéopathe. En attendant la consultation peut commencer à prendre :
APIS MELLIFICA 5 CH,
CAUSTICUM 5 CH,
NATRUM MURIATICUM 5 CH,
trois granules de chaque en alternance trois fois par jour jusqu’à amélioration.
Apis mellifica correspond à l'inflammation (et à un éventuel épanchement articulaire), Causticum aux déformations osseuses ; quant à
Natrum muriaticum, c'est le principal médicament de fond des maladies auto-immunes.

On peut ajouter (même posologie) : IODUM 5 CH, en période de poussée aiguë; KALIUM BICHROMICUM 5 CH, si les douleurs osseuses se déplacent.
L'homéopathie ne guérit pas la maladie mais permet de ne plus souffrir et d'arrêter l'évolution et donc de prévenir les déformations articulaires. Un traitement mixte allopathie + homéopathie est possible chez les personnes qui le désirent.

Ainsi même dans une maladie aussi invalidante, qui toucha en leur temps Pierre-Paul Rubens, Auguste Renoir, Raoul Dufy, Édith Piaf, et bien d'autres, un soulagement et une meilleure qualité de vie peuvent être obtenue grâce à l'homéopathie.
Docteur Alain Horvilleur.

Le docteur Alain Horvilleur est l'auteur, avec le docteur Ronald Boyer du livre :
/Rhumatismes et homéopathie, ou comment agir à la racine de la douleur.
/Testez éditions, collection Homéodoc. 2006.

illustration absente

Logo cake

Valid XHTML 1.0 Strict

Administration

Association pour la Promotion de la Médecine Homéopathique
23B rue Bourget 69009 Lyon
Tel : 06 89 28 33 20
courriel : apmh.asso@orange.fr
Association régie par la loi 1901 - déclaration N°W691069632 - ISSN: 1969-3109