Logo APMH

Liste des articles parus dans la lettre :

Médecine affective : de l’inconscient à la science

Photo de l\'auteur
par Bernard Vial
( Médecin Homéopathe)


Spécialité de l'article : Médecine générale

Parution du 2010-09-03   pour la lettre n° 57

     L’hypothèse du Dr Bernard Vial, le concepteur de cette approche, est que l’affectivité s’exprime dans les protéines du sang : « J’étudie leur langage, explique-t-il, au moyen de bilans informatisés, appelés profils protéiques. J’établis ensuite des parallèles entre cette expression des protéines et des remèdes d’origine végétale (ce que j’appelle « la botanique affective »), animale et minérale. Par exemple, un patient de 35 ans arrive dans mon cabinet avec un psoriasis généralisé. Son profil protéique indique le tilleul comme traitement. Celui-ci correspond à un chagrin d’amour. Je questionne le malade en ce sens. Pour lui, tout va bien. Pourtant, au moment de franchir la porte, il évoque la perte, trois ans plus tôt, de son meilleur ami. Il s’agissait donc d’un chagrin d’amitié. Cela semble presque caricatural, mais en fait profondément humain. » Comprendre les émotions qui se cachent derrière la maladie permet de proposer des remèdes qui entrent en résonance avec elles.

     Médecin généraliste depuis 33 ans, Bernard Vial a été, pendant cinq ans, interne et chef de clinique à l’hôpital Saint-Eloi, à Montpellier. « Ensuite, je me suis installé comme généraliste dans un village de Provence et j’ai commencé à travailler avec les profils informatisés du Centre européen d’informatique et d’automation (CEIA) qui fournissent des images de synthèse des protéines du plasma. Au départ, tout a été empirique et intuitif. Ma pratique reposait essentiellement sur mon expérience clinique et une étroite collaboration avec les médecins homéo-pathes. Et puis, peu à peu, ma recherche s’est étoffée pour aboutir à la création d’une véritable science qui inventorie de nombreuses plantes, minéraux et remèdes d’origine animale en relation avec le profil protéique. J’ai fait analyser le sang du cordon ombilical après des accouchements afin de tenter d’identifier les sentiments vécus pendant la grossesse. Une fois, l’ordinateur a sélectionné la bourrache, qui symboliquement signifie “ rougir du père”. De fait, pendant la grossesse le père avait fait de la prison… »
     Dans les années 1980, plus de 3000 médecins dans toute l’Europe, dont environ 200 français, ont travaillé à l’aide du profil protéique. Cela représente une vaste expérimentation. Pourtant, dès 1986, l’Académie de médecine refuse cette démarche et les médecins concernés sont victimes de nombreux procès. « Pour ma part, j’en ai enduré une dizaine, dont un qui concernait les origines affectives du cancer », indique Bernard Vial, encore bouleversé à l’idée que l’on ait pu le considérer comme dangereux pour ses patients… « La médecine affective repose aussi sur des savoirs populaires et les connaissances anciennes. La réflexion médicale actuelle, axée uniquement autour de la cellule et des gènes, est totalement réductrice et constitue un obstacle à la compréhension des maladies. »

        L’analogie avec le monde végétal...

      Le Dr Bernard Vial a synthétisé l’étude de milliers d’espèces végétales, notamment concernant la manière dont elles se nourrissent, se développent et se reproduisent, l’objectif étant de déterminer les ressemblances comportementales qu’elles pré-sentent avec le reste du monde vivant, l’homme en particulier. Ce travail a abouti à la réalisation du Dictionnaire affectif des plantes dans lequel il utilise les correspondances de chacune d’elles avec l’affectivité humaine, cela en lien avec le profil protéique. « Un confrère reçoit une patiente atteinte d’une grave dépression. L’ordinateur “ sort” le romarin, la plante de Romulus et Remus et de leur lutte fratricide. Eh bien, étrangement, la sœur de cette jeune femme était partie avec son mari… »
Dans le même temps, il s’intéresse aux travaux du père Jean-Louis Bourdoux qui, au début du XXe siècle, avait entrepris une démarche comparable auprès des guérisseurs indiens du Matogrosso (Amazonie). Avec l’aide de l’Institut de botanique de São Paulo, au Brésil, il avait identifié plus de 2000 plantes médicinales et sélectionné une centaine dont il était sûr qu’elles étaient sans danger. Il en associa ensuite certaines, créant ainsi des complexes adaptés à des situations affectives génératrices de maladies. De retour en France dans les années 1920, il mit au point les Poconéol®, des formules médicamenteuses capables de répondre à différentes affections.

     Le travail de Jean-Louis Bourdoux a été repris par le Dr Bernard Vial à la lumière de son concept de « médecine affective ». Au fil des ans et de ses pérégrinations, il a élargi ces correspondances à des plantes d’autres continents. Son Dictionnaire affectif s’a-dresse donc aussi aux prescripteurs et aux malades qui désirent connaître les indications des Poconéol® en fonction des émotions.

...et le monde minéral
      Le Dictionnaire affectif des métaux est la dernière étape de la médecine affective. Pour chaque métal et élément chimique, le Dr Bernard Vial a effectué une synthèse des informations en termes de minéralogie, biochimie médicale, médecine générale, homéopathie, mais aussi alchimie, en se référant aux travaux sur les métaux et les sels d’un médecin du XIIIe siècle, Arnaud de Villeneuve. Ce clinicien, célèbre également pour ses connais-sances en astrologie, botanique et remèdes issus du règne animal, considérait l’Homme (saint ou malade) en liaison avec les lois de l’Univers. Comme lui, Bernard Vial porte un intérêt aux noms donnés aux métaux qui reprennent parfois des noms de planètes.

      L’ambition de toute cette démarche est grande, et difficile est la tâche qui vise à faire coïncider les éléments de la matière avec l’inconscient affectif. Certains considéreront que la rationalité n’est pas toujours au rendez-vous. Pourtant, l’intérêt de la médecine affective paraît évident et bien dans l’air du temps. Aujourd’hui, le monde scientifique commence à explorer cette nouvelle voie. En Suisse a été créé un centre en sciences affectives à l’Université de Genève, où il est question de l’influence des facteurs émotionnels sur le jugement et les comportements.


Plantes Médicinales De La Flore Amazonienne L Bourdoux

Plantes Médicinales De La Flore Amazonienne L Bourdoux

Logo cake

Valid XHTML 1.0 Strict

Administration

Association pour la Promotion de la Médecine Homéopathique
23B rue Bourget 69009 Lyon
Tel : 06 89 28 33 20
courriel : apmh.asso@orange.fr
Association régie par la loi 1901 - déclaration N°W691069632 - ISSN: 1969-3109